Pages Navigation Menu

Bilan de la 5ème Journée du Clocher

 

Journée du Clocher™, lundi 10 Juin 2019
Bilan

 


 

Cette cinquième édition se caractérise comme une année de transition qui a été perturbée par l’Armada à Rouen qui ont eu lieu en même temps, soit une perte de 11 sites dans ce département ! Dans le Cantal, un office de tourisme qui avait participé (au dernier moment) en 2018 avec 5 sites, n’a pas donné de nouvelle cette année …

Une évolution de la répartition géographique est nette : l’ouest de la France et les Alpes sont représentées (voir la carte sur notre site cechfrance.fr)

Une confirmation : certains sites préfèrent n’ouvrir qu’une année sur deux.

 


 

Les chiffres

Sites Ouverts
(en gras les 11 nouveaux départements)

Soit :

  • 28 départements contre 24 en 2018
  • 55 sites ouverts
  • 4.000 visites contre 4,800 en 2018
  • En moyenne, il y a eu 74 visites par site contre 67 en 2018
  • Depuis 2015, ce sont 37 départements différents qui ont ouvert au moins un site.

Grâce à nos recherches sur les articles de presse, nous avons découvert :
– un site, ayant déjà ouvert en 2018, a participé en 2019 sans nous le signaler malgré nos courriels,
– un autre site, avec lequel nous n’avions eu aucun contact, a participé à la bonne date et avec le nom « Journée du Clocher ». N’est ce pas notre objectif ?

 


 

Délégués départementaux

Alpes-Maritimes : Yves Fajole a déménagé dans le Var. Donc, aucun site dans le 06 cette année et des espoirs pour 2020 dans le 83.

Allier : Madame Alice-Marie Florit a ouvert le château de Veauce. Elle a étendue la Journée du Clocher dans son département en 2019 avec deux nouveaux sites dont le superbe musée d’horlogerie à Charroux de Monsieur Daniel Fonlup.

Ardennes : Benoît Haouy : ses espoirs de 2018 ne se sont pas concrétisés malgré ses efforts.

Côte d’Or : Louis Hograindleur, en plus de ses diverses activités, est très actif.
Les résultats ne sont pas à la hauteur de ses espérences. LH a organisé une présentation conférence qui a été positive. Mais, les « Gilets Jaunes » nous ont imposé de déserter Dijon pour Is sur Tille moins facile d’accès; d’où moins de monde que prévu.

Essonne : Benoît Miseriaud n’a pas pu consacrer assez de temps pour la JdC. Il espère mieux faire en 2020.

Loir et Cher : Alain Péral semble ne pas avoir le temps de s’occuper de la JdC en donnant priorité à son action à la Fondation du Patrimoine.

Maine et Loire : Thierry Buron a assuré les visites de la cathédrale d’Angers. Il nous a donné un coup de main vis à vis d’un nouveau site. Bernadette Daubin qui avait accepté de devenir la déléguée départementale ne donne pas suite.

Moselle : Alexandre Bianchi a ouvert son atelier d’horlogerie. Sa propection n’a pas donné de résultat.

Vosges : Jean-Dominique Tachet, malgré ses autres activités, a maintenu son action qui a été une réussite.

Cette année nous n’avons pas pris de stagiaire. Ce n’est pas facile de manager un stagiaire loin de Nicolas Gueury.

 


 

Communication

Nous avons eu, au minimum, 66 retombées presse, recensées, dont :

  • 3  télévisions
  • 3 Radios

Là encore, l’Armada nous a « détourné » les journalitstes et les medias.

Notre site internet a été consulté 6.800 fois sur les 6 premiers mois de l’année contre 8,500 pour toute l’année 2018. Nous avons besoin de trouver un animateur de nos réseaux sociaux. C’est très important.

Si nous pouvions avoir un ou une attachée de presse ….


 

Nos partenaires

Un soutien précieux nous est apporté par Pierre BONTE qui a trouvé l’idée excellente.

 


 

Nos mécènes

Fin 2017, le Ministère de la Culture nous a officiellement soutenus en nous attribuant une subvention. Mais, depuis cette date, nous n’avons pas reçu de subvention de leur part.

France Horlogerie (ex CFHM) a réduit son soutien des trois quarts !

Le Cabinet Brandon n’a pas souhaité nous soutenir cette année.

Nous remercions tous les autres mécènes qui continuent de nous soutenir : le département de la Seine-Maritime, Groupama, SEB, le Prince Gheorghe Sturdza.

Nous avons eu deux nouveaux mécènes : la Fondation Alain Carpentier et la société CYRANN, cabinet de recrutement de cadre informaticien en région Parisienne.

 


 

Participation des communes

La Journée du Clocher permet à un maire ou un site de mettre en valeur son patrimoine et les charges qu’il représente. C’est l’occasion d’animer son village. Certains en profitent pour organiser une journée festive.

De plus en plus de maires participent à nos frais d’organisation ( panneaux, maillet frais de déplacements, site internet, etc..).

Ces participations représentent environ 60 % de nos recettes en 2019 si toutes les promesses sont tenues.

 


 

Inventaires et travaux

Nous avons pu continuer les inventaires des cloches pour la SFC et des horloges pour le CECH.

Des travaux ont été réalisés ou vont l’être : restaurations, électrification, escalier, pigeons, …
Comme chaque année, des entretiens, nettoyages et petits travaux ont été effectués avec ou sans campanistes.

 


 

Perspectives 2020

Ce sera une année à priori difficile du fait des élections municipales : soit les maires seront en campagne soit ils ne se représentent pas.

Néanmoins, 41 sites ont déjà exprimé leur envie de participer en 2020. Mais, nous savons que certains changent d’avis.

Nous pouvons espérer que notre implantation départementale en progression, nous permette de progresser dans ces départements.

La réputation de la Journée du Clocher ne fait que grandir et nous facilite l’adhésion de nouveaux maires. Il arrive que nous recevions des demandes de participation de sites inconnus.

La bonne organisation de Louis Hograindleur d’une réunion départementale pour les maires et bénévoles a été positive.
Autour d’un verre, nous avons proposé des informations et une conférence sur ces patrimoines. Ainsi les bénévoles possédent une culture de base sur ces patrimoines.

Il faut organiser ce type réunion dans d’autres départements en octobre ou novembre si possible.. Dominique Tachet (Vosges) y réfléchit.

Nous recherchons, toujours, un ou une attaché(e) de presse qui non seulement nous déchargerait mais surtout serait plus performante.

Le fait d’avoir envoyé en juin un courriel à tous les participants a été apprécié. Certains nous ont répondu en mettant en copie tous les autres. Il nous semble qu’une notion de communauté “Journée du clocher” pourrait se créer.